C’est une histoire d’amour que je viens vous raconter. Plus exactement sur le pouvoir de l’amour...

Il y a longtemps déjà, une dame m’a demandé une communication avec une jument, dont sa fille était tombée amoureuse. Elle était dans ses pensées jours et nuits. La maman hésitait à l’acheter..., la jument jetait tout le monde par terre, y compris des cavaliers pros.

Je me suis trouvée face à une jument hystérique. D’une violence inouïe dans sa manière de s’exprimer. Les bribes de son passé que je suis parvenue à comprendre étaient terribles... Je sentais que cette méchanceté n’était pas innée chez elle et que peut-être, avec beaucoup de compréhension et d’affection... mais au prix de combien de soucis et de chutes. Ce n’est pas mon rôle et encore moins mon métier que de donner un conseil d’achat. Mais j’avais sympathisé avec cette dame, à l’occasion d’une communication avec un autre cheval, et sa fille, bien que douée, était toute jeune... J’ai expliqué dans le détail mes ressentis et aussi mes craintes. L’achat ne s’est pas fait...

Cette petite jument m’a hantée pendant longtemps. De quel droit m’étais-je permis de la juger et, en quelque sorte, lui refuser une seconde chance ? J’ai communiqué avec elle jusqu’au jour où je n’ai plus eu aucune perception. Elle ne voulait plus.

Des mois plus tard, j’arrive dans une écurie en Haute-Savoie, avec comme d’habitude, uniquement le prénom de la cavalière qui m’avait contactée au nom des autres, donc sans savoir avec quels animaux et gardiens je venais tchatcher ! Déjà fort tard dans la soirée, je me dirige vers le manège ou m’attend la dernière cavalière et son cheval. Ils viennent à ma rencontre, lui collé à l’épaule de la cavalière, sans longe ni licol. Je plonge alors mon regard dans le sien, et là... Mon sourire s’est figé et j’ai senti mes yeux qui s’écarquillaient. « Je crois que vous vous connaissez déjà », me dit la cavalière. C’était la petite jument...

Ma communication avec elle fait partie de celles que je n’oublierai jamais. Tellement de tendresse, de bonheur, de sérénité... Ce que m’a raconté la jument ? « Elle prendre moi sans me voir - Venir me chercher sans monter sur mon dos – Sur son chemin de vie ». Et une suite d’images pour moi totalement invraisemblables. Du saut d’obstacles avec juste une cordelette sur l’encolure, des balades en extérieur, des jeux en liberté, elle allongée de tout son long sur le sable à côté de sa cavalière dans la même position...

En fait, la jeune femme a craqué sur elle en voyant sa photo sur... une annonce ! Elle l’a achetée sans l’essayer. Certes, les débuts n’ont pas été tout faciles. Mais l’affection et la complicité d’aujourd’hui... La première jeune fille avait suivi la jument et pris contact avec sa nouvelle propriétaire. Elle est venue la voir, l’a montée et toutes les deux correspondent toujours.

J’ai terminé à minuit et demi ce soir-là. La jument était en box dans un autre bâtiment de l’écurie, accessible par un chemin assez long... J’ai proposé à la jeune femme de l’accompagner pour l’éclairer. Elle a ri encore, a approché la jument d’un muret, est montée sur son dos, à cru et, en licol, elles sont parties dans la nuit. J’ai attendu un peu, pour être sûre qu’elles arrivaient à bon port. Quand je les ai rejointes, elles étaient devant la deuxième écurie. La cavalière m’a fait un petit signe de la main, la jument a tourné la tête vers moi et a plongé ses yeux remplis de bonheur dans les miens.

J’ai fait 500m, je me suis garée et j’ai pleuré...

1 Comment